Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°36
Message careme pape

Mercredi de la 5ème semaine de Carême

Bonjour à tous,

Il semble y avoir un combat partagé par tous : celui de l'espérance ! En ces temps difficile, nous sommes un peu essoufflés, peut-être un peu découragés, un peu usés. C'est le moment de demander au Seigneur de nous donner plus d'espérance qui est vraiment la vertu des héros, comme le disait cet article. Courage : il y a une surprise demain !

Avec le Père Damien de Molokaï

La nouvelle de la lèpre du Père Damien se répand dans tout l’archipel. Ses supérieurs lui annoncent alors qu’il lui est désormais interdit de quitter Molokaï pour quelque raison que ce soit, même pour se confesser. Cette décision est une immense épreuve pour notre missionnaire et le fait atrocement souffrir. Cela fait un moment qu’il se sent mal jugé par ses chefs. Bien qu’en estimant qu’il est un bon religieux et un bon prêtre, dévoué et dynamique, ceux-ci estiment en effet que Damien manque d’un peu de jugement et de savoir-vivre et surtout, qu’il voit un peu court, ne s’intéressant qu’à la léproserie et non au reste de la mission.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Le refus absolu exprimé sur un ton de gendarme plutôt que d'un ton de supérieur religieux, et cela au nom de l'évêque et du ministre, comme si la mission allait être mise en quarantaine me fit, je l'avoue franchement, plus de peine que tout ce que j'ai eu à souffrir depuis mon enfance. J'ai répondu par un acte de soumission absolue en vertu de mon voeu d'obéissance. Je suis toujours en paix (…) Soyons, Monseigneur, morts dans le Christ et que nos vies soient cachées en Dieu » (extrait d’une lettre à l’évêque, juin 1886).

Le mot du Padre

Peut-être vous essoufflez-vous un peu depuis le temps que ce Carême a commencé ? Sachez qu’il est bon de se heurter à nos limites, à la tiédeur de notre désir de conversion, à la fragilité de notre volonté. Si le Carême dure si longtemps, c’est pour que nous ne le vivions pas à la force du poignet, comme une épreuve de force, mais plutôt comme un temps de grâce, c’est-à-dire comme un temps où Dieu travaille en nous. Notre mission est donc de collaborer à cette œuvre divine.
Une bonne manière de purifier nos efforts de Carême est d’en faire des « actes de gratitude ». Ce n’est pas d’abord nous qui faisons des choses pour Dieu, c’est Dieu qui fait des choses pour nous. Nos efforts de Carême sont une réponse, l’expression de notre reconnaissance pour tout ce que Dieu fait pour nous. Vous allez voir, ça détend de voir les choses ainsi !
Père Jean-Baptiste Siboulet
padreblog-favicon