Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°28
28

Mardi de la 4ème semaine de Carême

Bonjour à tous,

Si vous l'avez manquée ce lundi, voici la nouvelle vidéo d'anthropologie du père Jean-Baptiste Bienvenu, disponible sur notre chaîne Youtube. Par ailleurs, toutes les Newsletters sont disponibles sur ce lien. Bonne journée à tous !

Avec le Père Damien de Molokaï

De nombreux témoins diront plus tard qu’il était assez facile de rencontrer le Père Damien. Il suffisait pour cela d’aller « traîner » près du presbytère où on ne manquait pas de le croiser car il y récitait son chapelet quotidiennement, dans son jardin. Pour Damien, la prière à Marie est une arme puissante. Comme tous les prêtres, il sait qu’il fait partie de ses fils de prédilection. Comme apôtre des lépreux, dans cette vallée de larmes qu’est Molokaï, il est surtout convaincu que sa présence maternelle est un réconfort et un soutien.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Comme le cimetière, l'église et le presbytère ne forment qu'un parc, je suis le gardien pendant la nuit de ce beau jardin des morts, tous mes enfants spirituels. Je trouve mes délices d'y aller dire mon chapelet et méditer sur le bonheur éternel dont un grand nombre d'entre eux déjà jouissent, sur le malheur éternel de quelques-uns, qui n’ont pas voulu m'obéir, et sur la souffrance du purgatoire. Je vous avoue, mon cher frère, que le cimetière et la case de mes mourants sont mes plus beaux livres de méditations, tant pour nourrir mon propre cœur que pour préparer mes instructions » (extrait d’une lettre à son frère, janvier 1880).

Témoignages

« Ce Carême 2021 ne ressemble pas aux autres car votre sollicitude me permet de me relever et de reprendre la route, sans désespoir, découragement ni fausse honte. Et ainsi de grandir dans l’amour de Dieu et des autres » (Anne).

« J'ai été amenée à vivre cette première partie de Carême, en prenant tous mes repas avec des collègues non-croyants. Au début, cela était difficile d'assumer ce jeûne, que je cachais presque, prétextant un manque d'appétit. Au fur et à mesure, je me suis rendue compte qu'en assumant simplement et en expliquant, mes collègues étaient en réalités compréhensifs, voire même curieux ! Et même plus, ils sont alors devenus presque gardiens de mon jeûne, sachant me le rappeler, souvent avec une tranche d'humour, qui oblige ! » (jeune femme).
padreblog-favicon