Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°35
Samedi 3

Mardi de la 5ème semaine de Carême

Bonjour à tous,

Retrouvez en cliquant sur ce lien la cinquième vidéo d'anthropologie du père Jean-Baptiste Bienvenu.
Vous nous demandez souvent ce que vous pouvez faire pour nous aider. Outre le fait de prier pour nous (merci !), vous nous rendrez un grand service en vous abonnant à notre chaîne Youtube, en likant nos publications sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, ...) ou en laissant un commentaire. Du coup, les algorithmes des moteurs de recherche nous repèrent d'autant plus. Cela nous donne au final une visibilité plus grande.

Avec le Père Damien de Molokaï

Vers la fin de l’année 1884, Damien remarque certains symptômes inquiétants. Depuis trois ans, il ressent des douleurs tenaces au pied gauche qui lui rendent la marche pénible. Déjà, il avait remarqué des tâches jaunâtres sur son corps mais celles-ci avaient disparu par la suite. Il se rend à Honolulu pour consulter un médecin qui évoque la lèpre, en attendant des symptômes plus clairs. En janvier 1885, Damien plonge sans pied par accident dans une bassine d’eau bouillante et ne ressent aucune douleur. Le doute n’est plus permis : cette insensibilité est le signe caractéristique de la lèpre. A force de vivre avec les lépreux, il a fini par contracter leur terrible maladie.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Eh bien, mon révérend père, il n'y a plus de doute pour moi : je suis lépreux. Que le bon Dieu soit béni ! Ne me plaignez pas trop : je suis parfaitement résigné à mon sort. Je ne vous demande qu'une grâce : suppliez notre très révérend père d'envoyer quelqu'un qui puisse une fois par mois descendre dans notre tombeau pour me confesser et le reste du temps s'occuper des chapelles de l'autre côté de l'île où il n'y a pas de malades » (extrait d’une lettre à son supérieur).

Le mot du Padre

Découragement, manque de goût pour la vie spirituelle, remises en questions soudaines... si vous souffrez de ces symptômes alors que vous faites des efforts pour progresser spirituellement, ne paniquez pas ! Cela veut simplement dire que le mauvais esprit (le démon) essaie de freiner votre marche. Alors que le bon esprit (l'Esprit Saint) dissuade d'emprunter les mauvais chemins, le mauvais esprit à l'inverse dissuade d'avancer sur le chemin de la sainteté. Voici ce qu'écrit saint Ignace de Loyola : « Chez ceux qui se purifient intensément de leurs péchés [...] le propre du mauvais esprit est de mordre, d'attrister et de mettre des obstacles, en inquiétant par de fausses raisons pour qu'on aille pas plus loin. Et le propre du bon esprit est de donner courage et forces, consolations, larmes, inspirations et quiétude, en rendant les choses faciles et en écartant tous les obstacles, pour qu'on aille de l'avant dans la pratique du bien » (Exercices spirituels, 315).
Au cœur de la tempête intérieure, il ne faut pas changer de cap. Il est même possible de faire tourner l'épreuve à notre profit par une plus grande humilité pour demander à Dieu sa grâce et par un plus grand zèle dans la prière et la charité pour répondre aux tentations.
Père Grégoire Sabatié-Garat
padreblog-favicon