Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°23
eddie-carolina-stigson-ecIZe6MdUH8-unsplash

Jeudi de la 3ème semaine de Carême

Bonjour à tous,

Nous sommes exactement à mi-parcours : c'est en effet aujourd'hui la mi-Carême ! Bien sûr, rien dans le calendrier liturgique n’indique cette mi-temps. Les oraisons du jour gardent la même tonalité que celles des jours qui l’entourent. « Que tes serviteurs se purifient dans la pénitence et s’appliquent à faire ce qui est bon… » dit l’oraison d’ouverture de la messe. Seule l’antienne d’ouverture porte la marque d’une joie particulière ; celle de celui qui cherche le Seigneur de toute sa force. Ainsi est donné l’axe de la vraie joie, celle qui consiste à « imiter la charité du Christ qui a donné sa vie par amour pour le monde ». Pour vous donner du courage, on a un petit cadeau pour vous : un reportage de la chaîne CNews sur les coulisses de Padreblog !

Avec le Père Damien de Molokaï

Médecin des âmes par son sacerdoce, Damien devient aussi très vite – par la force des choses – médecin des corps. Conseillé par un infirmier blanc, lépreux et donc confiné à Molokaï, il apprend peu à peu à soigner. Finalement, le Comité d’hygiène accepte de lui envoyer des médicaments. Mais le Père Damien réclame le meilleur pour ses malheureux et ira même jusqu’à se faire envoyer des prototypes de remèdes depuis le Japon ou les Antilles. L’hôpital est agrandi et doté d’une installation pour des bains thérapeutiques. Il lit beaucoup d’ouvrages de santé et prend vite goût à cette activité médicale. Lorsque arrive enfin un médecin à demeure, en 1884, Damien le considèrera d’ailleurs un temps comme son auxiliaire, ce qui ne manquera pas de créer quelques tensions.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Je continue toujours le même genre de vie dans mon hôpital d’où je ne suis pas sorti depuis juillet dernier ; depuis six mois, je n’ai pas vu le soleil se lever et se coucher à cause des hautes montagnes. Malgré cela, je suis heureux et content et jouis toujours de la même santé » (lettre de mars 1876).

Témoignage

« Il fait bon de partager ainsi une vie de « communauté virtuelle », dans ces temps où les rassemblements ne sont pas simples, par les liens de la prière, du partage et du jeune » (Clément, étudiant).

« J'ai l'impression de passer un peu moins à côté du Carême cette année grâce aux lettres quotidiennes qui sont un vrai soutien, grâce à la prière de chacun, grâce aux formations (elles sont passionnantes et très claires, et pourtant elles nous entraînent haut) et aux live, enfin grâce au jeûne, car finalement il me rappelle trois fois par jour que nous sommes bien en Carême ! Le dimanche avec la rupture du jeûne devient une vraie fête et replace le dimanche à sa vraie place dans la semaine » (Véronique).

« Je n'ai jamais réussi à jeûner avant... et je m’étonne de voir que je tiens. C’est fou ! Dieu est fou ! » (Tiphaine).
padreblog-favicon