Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°12
Dimanche 2

2ème Dimanche de Carême

Chers amis,

Le dé-jeuner dominical aura une saveur particulière pour nous qui vivons le jeûne depuis le début de ce Carême. Aujourd'hui nous ne sommes pas invités à jeûner mais à nous rappeler la perspective de cette marche au désert : la résurrection du Seigneur Jésus.

L'abbé Amar nous aide aujourd'hui à "transfigurer" notre dimanche (voir plus bas le "Mot du Padre").

Pour ceux qui auraient manqué les vidéos de la semaine, profitez de ce jour de repos pour une petite séance de rattrapage :
- vidéo d'enseignement sur l'homme et l'animal d'après la Genèse (P. Bienvenu)
- live sur le thème "faire de la place pour Dieu et les autres" (P. Siboulet)

Avec le Père Damien de Molokaï

La tâche de Damien est immense : dans le district de Puna, les deux seules chapelles ne sont en fait que des huttes et aucune habitation ne peut le recevoir. Sa joie est d’avoir de très nombreux catéchumènes et de partager le dénuement de tous. Moins d’un an après, il part pour le district de Kohala et y fait l’expérience habituelle des missionnaires : la solitude.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Le plus difficile c'est de conserver, au milieu de mille tracasseries, l'esprit de recueillement et d'oraison. Car si le bon Dieu ne convertit pas les coeurs, le missionnaire a beau faire tout ce qu'il peut, tous ses efforts sont inutiles » (extrait d’une lettre du Père Damien à ses supérieurs).

Le mot du Padre

Bien qu’il soit possible de l’accorder à tous les temps, le verbe transfigurer ne s’utilise généralement qu’à la voix passive : on dit d’une personne qu’elle est transfigurée. Quel dommage d’avoir emprisonné ce verbe sous ce mode inactif ! Transfigurer, c’est métamorphoser, transformer et embellir. Dieu veut avoir besoin d’hommes et de femmes qu’il emmène à l’écart, qui acceptent de le suivre sur une montagne, de la gravir et d’y prendre le temps de la contemplation. Et après, il faut redescendre pour embellir ce monde. Métamorphoser chacune de nos actions banales et répétitives en y mettant un surcroit d’amour. Vivre extraordinairement les choses les plus ordinaires. L’objectif, c’est que la lumière brille dans les ténèbres !
Alors ? On transfigure ? Chiche ?
Abbé Pierre Amar
padreblog-favicon