Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°9
ben-white-1urNubNAQbI-unsplash

Jeudi de la 1ère semaine de Carême

Cher amis,

Notre communauté de Carême Padreblog est chaque jour rejointe par de nouvelles personnes : soyez les bienvenus, vous qui nous rejoignez aujourd'hui ! Continuez à inviter autour de vous en partageant ce lien d'inscription.

En vue du live de demain soir sur notre chaîne Youtube, n'hésitez pas à préparer vos questions sur l'enseignement vidéo de lundi dernier ou sur d'autres sujets qui vous intéressent !

Nous vous souhaitons un belle journée de jeûne et de prière.

Avec le Père Damien de Molokaï

Dès l’annonce de son départ pour Hawaï, le Père Damien se rend à Tremelo pour faire ses adieux. Il propose à sa mère et sa belle-sœur de l’accompagner pour un pèlerinage au sanctuaire voisin de Notre-Dame de Montaigu. Ils prient un long moment ensemble devant la statue de Marie, la mère qui donne son fils à l’humanité. Alors qu’ils reviennent de leur périple, ils croisent une diligence qui va directement à Louvain et qui a encore de la place. Damien profite de l’occasion. Sur le bord de la route, il s’adresse à sa mère en quelques mots : « Eh bien… au revoir, au ciel ! ». Il ne la reverra plus jamais.

[Extrait de "Mon Carême avec saint Damien de Molokaï" de la revue Parole et prière, mensuel pour prier, adorer, célébrer - www.paroleetpriere.fr].

La Parole du jour

« Au revoir… au ciel » (Père Damien de Molokai)

Le mot du Padre

Chaque temps liturgique nous fait contempler un moment particulier de la vie de Jésus : à Noël, c’est évidemment l’incarnation, tout comme après Pâques, les événements de la résurrection, et au temps ordinaire, la vie publique du Messie. Pour le temps du Carême, que nous reste-t-il, sinon de plonger dans la Passion de Jésus ? Or, bien souvent, sa somme de souffrance et d’injustice nous fait peur, et nous freinons à l’idée d’entrer dans cette contemplation particulière du Christ. Pourtant, la Passion, c’est d’abord le mystère de son très grand amour pour nous, de son amour qui va jusqu’à l’extrême. Sommes-nous prêts à recevoir cet amour disproportionné ? Sommes-nous prêts à nous laisser submerger par ce mystère ? Cette année, nous n’attendrons pas la Semaine Sainte pour commencer à méditer la Passion de Jésus dans l’évangile selon saint Marc. Méditons-la petit à petit, vivons-en dès maintenant.
Père Jean-Baptiste Bienvenu
padreblog-favicon