Carême 2021 avec Padreblog / Lettre n°41
lundi saint

Lundi Saint

Bonjour à tous,

Après avoir marché ensemble quarante jours dans la prière, le jeûne et le partage, nous voici tout près du but. Nous sommes entrés hier à Jérusalem avec Jésus et maintenant nous demeurons avec lui pour ses derniers jours avant sa Pâque. Bonne semaine sainte à tous !

Pour ceux qui l'auraient manqué voici le live de vendredi dernier.

Veuillez excuser un petit problème technique ce matin : vous avez reçu un premier mail avec une version non finalisée de la Newsletter.

Avec le Père Damien de Molokaï

Il y a un autre changement d’attitude chez le Père Damien : celui d’une attention renouvelée aux chrétiens d’autres confessions. Bien avant le concile Vatican II et le mouvement œcuménique, le fait qu’il reçoive des dons et un soutien généreux de la part de communautés protestantes le touche profondément. Il a en effet eu des soucis de coexistence, et le mot est faible, avec des pasteurs protestants locaux et quelques mormons. Robert-Louis Stevenson (1850-1894), le célèbre auteur écossais de « L’île au trésor », prend aussi sa défense face à ses détracteurs. D’autres personnalités non chrétiennes évoquent enfin son action avec admiration : parmi elles, Gandhi (1869-1948), l’apôtre de la non-violence et de l’indépendance indienne, rendra plus tard à son sujet un hommage célèbre.

[Nota bene : le père Damien est mort le lundi saint de l'année 1889].

La Parole du jour

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur » (Psaume 26)

Le mot du Padre

Nous voici entrés dans la Semaine sainte, sommet de l’année chrétienne. Osons méditer avec courage et humilité le récit de la Passion de Jésus. Mettons-nous dans la peau de chacun des protagonistes afin de nous sentir personnellement concernés par ce que vit Jésus en ces jours saints.
Aujourd’hui, l’évangile nous rapporte l’onction de Béthanie : Marie répand du parfum sur les pieds de Jésus qu’elle essuie ensuite avec ses cheveux, tandis que Judas s’offusque de ce gaspillage. « Je suis Marie » quand moi aussi je pose des actes d’amour dont je ne mesure pas la portée. Jésus, qui sonde le fond des cœurs et connaît toutes choses, m’en révèle la valeur et la signification. Mais je dois aussi admettre que « je suis Judas », celui qui cache derrière une fausse charité l’infidélité de son cœur à l’égard de celui qui l’avait pourtant choisi pour être son ami.
Père Jean-Baptiste Siboulet
padreblog-favicon